BIFFF 2012: Hindsight

 

Affiche du film

 

Hindsight – Lee Hyun Seung

Doo-Heon, ancien gangster décide de se ranger. Son rêve : ouvrir un restaurant. Pour cela, il doit prendre des cours. C’est là qu’il rencontre Se-Bin qui par hasard deviendra son binôme en cuisine. Hasard ? Vraiment ?

[youtube c3ceUMbElg4]

On aime

  • Le graphisme est très bien léché. Normalement, avec des gangsters en fond de toile, on ne s’attend pas à un rendu si épuré et si soigné. On a l’impression d’être suspendu et d’observer paisiblement un tableau. L’ambiance est joliment poétique grâce au bleuté de l’image.
  • Les deux acteurs principaux : Song Kang-Ho et Shin Se-Kyung.  Le premier est un acteur incontournable du 7ème art coréen, la seconde appartient à cette nouvelle vague de coréennes branchées. Le couple qu’ ils incarnent à l’écran est à la fois étrange et touchant.
  • Les petites scènes d’action et de cuisine sont disséminées le long de l’histoire. Car honnêtement, le film est long et lent. Et voir quelques couteaux valser, ça fait quand même plaisir.

On aime moins

  • Le schéma sans surprise. Un gangster décide de prendre sa retraite. Mais parce que le Big Boss est tué, Doo-Heon veut retrouver l’assassin. Etant le successeur désigné de l’organisation, d’autres membres tentent de le liquider. Ils engagent donc une tueuse. Sauf qu’elle tombe malheureusement sous le charme de sa cible.
  • Les trames additionnelles qui sont trop rapidement exécutées et/ou trop confuses. Du coup, les personnages secondaires ne servent à rien et sont assez unidimensionnels.
  • Une scène du final où l’on voit Doo-Heon se faire tirer dessus, transposée en ouverture. Disons que derrière, on a encore deux heure à visionner et que le suspense des autres scènes disparaît fatalement. De plus, aucun twist digne de ce nom pour désamorcer cette scène du ‘bang’. Et tout naturellement, les cinq dernières minutes retombent comme un soufflé.

Bizarrement, même si « Hindsight » est bourré de défauts, on passe un très bon moment.

Présentation: Benjamin Minet & Cédryc Ruth
Rédaction: Kim Dinh

Laisser un commentaire